Interface DigihamPlus

Ref: DigihamPlus

Immédiatement disponible
69,56 €
Taxe inclu
rating Aucun avis pour le moment
Habituellement expédié sous 24 heures.

Quantité

Guarantee safe & secure checkout

 

 

 

Interface DigiHamPlus

La nouvelle interface Digiham Plus a été créée pour les radioamateurs qui utilisent intensivement la CW et ne dédaignent pas les autres modes numériques. En effet, il est équipé d'un manipulateur efficace à vitesse variable, géré par un microprocesseur, qui donne la possibilité d'installer la clé verticale en plus de la palette, permettant à l'opérateur d'utiliser les deux simultanément. En plus du keyer, le DigiHam plus est équipé d'une excellente interface USB, qui permet de fonctionner dans les modes suivants : psk31, rtty, olivia et sstv. Grâce à son excellente polyvalence, le DigiHam Plus représente l'un des produits phares de notre entreprise : il est utilisé par des milliers de radioamateurs. Les interfaces de la série DigiHam, créées par notre société, sont utilisées notamment dans la cabane des radioamateurs qui veulent obtenir le meilleur, dans n'importe quelle condition de fonctionnement : concours, main droite, opérations portables, etc. C'est donc une nouveauté absolue, que nous avons créée pour ceux qui aiment les modes numériques et CW. La partie dédiée aux modes numériques de DigiHam Plus permet de fonctionner avec tout type de logiciel destiné aux rtty et psk31, sans avoir besoin de procéder à des paramétrages logiciels complexes. En fait, il est équipé d'un circuit particulier, capable de piloter le PTT de l'émetteur-récepteur via une petite "partie" du signal audio, qui est prélevée, de manière complètement automatique, depuis la ligne de sortie line out de la carte son. Cette prérogative signifie que l'interface est compatible avec tous les types de logiciels disponibles en ligne et ne nécessite aucun paramétrage pour gérer la commutation PTT. Cependant, après avoir fait quelques considérations techniques concernant les différents logiciels disponibles sur internet, je souhaite proposer à nos clients l'utilisation de Mixw. Le DigiHam Plus a également la capacité d'ajuster les niveaux de signal, aussi bien en émission qu'en réception, et de gérer le temps de retard de commutation du circuit PTT comme vous le souhaitez. L'interface DigiHam Plus, créée par EP, a été conçue pour être utilisée avec des ordinateurs personnels modernes non équipés de port série. En fait, il fonctionne exclusivement via une connexion au port USB et à la carte son. Digiham Plus est équipé de transformateurs d'isolement et d'optocoupleurs, qui assurent une parfaite isolation électrique entre l'émetteur-récepteur et l'ordinateur personnel, garantissant une utilisation en toute sécurité. L'installation de l'interface DigiHam Plus est extrêmement simple, grâce au manuel d'instructions fourni par le fabricant. La grande polyvalence et la facilité d'installation de DigiHam Plus font que cette interface est utilisée aussi bien par les opérateurs radio experts que par les novices, avec d'excellents résultats. En effet, il permet de recevoir en mode CW, en utilisant le logiciel approprié, et d'émettre avec la clé. Cette prérogative est d'une grande aide, notamment pour les débutants qui s'essayent à l'apprentissage de la CW.


Psk31

Le psk31 est un système de transmission de données numériques ; a été initialement développé par Pawel Jalocha (sp9vrc) ; il a ensuite subi des améliorations significatives par le radioamateur anglais Peter Martinez (g3plx). Depuis plusieurs années maintenant le psk31 est utilisé par bon nombre de radioamateurs ; et, de mois en mois, le nombre d'opérateurs qui s'y consacrent augmente de plus en plus. Le psk31 base son fonctionnement sur la variation de phase d'une seule tonalité audio ; la phase de la tonalité audio transmise varie de 0 ou 180 degrés ; chaque variation de phase est associée à un changement d'état logique. Grâce à ses caractéristiques (bande passante inférieure à 50 Hz, rapport signal/bruit élevé, etc.), le psk31 se révèle plus efficace que tout autre système de transmission de données numériques et nous permet d'utiliser une très faible puissance (20 - 30 watts) pour réaliser des transmissions bilatérales. connexions à des distances considérables, avec une extrême simplicité. Tout cela est également possible grâce à l’aide de la multitude de logiciels existants. Fonctionner dans psk31 est très simple ; tout ce dont vous avez besoin est un ordinateur personnel très courant, équipé d'une carte son, d'un émetteur-récepteur HF et d'un logiciel quelconque ; le signal audio RTX doit être connecté à la carte son sur l'entrée line-in et le signal audio à transmettre doit être prélevé sur l'entrée line-out ; un circuit, présent sur notre interface, fera passer notre rtx en transmission à chaque fois que nous donnerons la commande appropriée au logiciel. Si vous n'êtes pas familier avec les émissions numériques, il conviendra, avant d'émettre, d'être suivi par un confrère expert ; quelques courtes leçons suffiront pour devenir un opérateur qualifié !

Rtty
RTTY est l'acronyme de Radio Tele Type qui signifie littéralement : transmission radio avec téléimprimeur. Pour obtenir cette condition, le signal AF est modulé en AFSK (Audio Frequency Shift Keying) avec deux fréquences, appelées : l'une Mark et l'autre Space. Les transmissions de données s'effectuent à différentes vitesses standard ; ils sont : 45,45 Baud, utilisés par les radioamateurs : (BAUD est l'unité de mesure de la vitesse de transmission des informations codées, qui est égale à un bit/sec.) ; ?50-56, 88-75 Baud, utilisé par les agences journalistiques ou commerciales ; ?110-300 baud, utilisé principalement pour la transmission en code ASCII (ASCII signifie American Standard Code for Information Interchange). ?Pour obtenir la transmission de ces codes Nos équipements radio sont équipés de dispositifs auxiliaires, appelés décodeurs. La tâche du décodeur RTTY est de convertir les fréquences Mark et Space en niveaux logiques un ou zéro, en respectant les vitesses de transmission mentionnées ci-dessus.Ces niveaux logiques sont obtenus à l'aide des codes BAUDOT ou ASCII ; à ces sept Bits, 3 Bits supplémentaires doivent être ajoutés, à savoir le Bit de Départ, le Bit de Parité et le Bit d'Arrêt. Comme dans le code Baudot, le Start Bit est un 0 ; les sept bits du caractère suivent ; les lettres sont fermées par un bit de parité et un bit d'arrêt, qui est toujours un. Enfin, il convient de mentionner qu'il existe un autre code ASCII, dit étendu (code ISO à huit bits), principalement utilisé dans les ordinateurs modernes pour décoder les claviers et les vidéos. Toute personne souhaitant approfondir ses connaissances sur ces codes peut se référer aux textes qui traitent de l'informatique, notamment de leurs systèmes d'exploitation. En conclusion, je voudrais juste rappeler que les vitesses standards les plus utilisées avec les codes ASCII sont 110 Baud et 300 Baud. Dans le cadre des transmissions RTTY avec cartes son, il est possible d'émettre en mode FSK ou AFSK. En FSK (Frequency Shift Keying) les fréquences de marque et d'espace en émission sont gérées directement par le RTX (qui doit donc avoir le mode "FSK" ou "RTTY") via un modulateur interne. Dans tous les cas, la réception relève de la responsabilité de la carte son. En AFSK (Audio FSK), cependant, la gestion de la marque et de l'espace est déléguée à un oscillateur audio externe au RTX, qui n'a donc pas besoin de disposer du mode « FSK ». Avec notre interface, il est possible de fonctionner uniquement en mode afsk.
Olivia
L'un des derniers modes numériques, utilisé en ondes courtes, s'appelle « Olivia ». Le mode olivia est né en décembre 2004 par Pawel Jalocha SP9VRC, qui a décidé d'utiliser le nom de sa fille pour ce nouveau mode numérique. Olivia a été créée pour les QSO avec un signal faible ou « inexistant » et est basée sur la modulation MFSK (Multi-Shift Frequency Keying) ; contient le code de contrôle FEC pour la correction des erreurs en temps réel. Le mode le plus couramment utilisé d'Olivia utilise 32 tonalités audio, espacées de 31,25 Hz pour un débit de transmission de 31,25 bauds. La bande occupée est 1000 Hz ; mais, pour prendre moins de « place », Olivia peut travailler à 2, 4, 8, 16, 32, 64, 128 ou 256 tons avec une occupation effective de 125, 250, 500, 1000 ou 2000 Hz. La vitesse de transmission est proportionnel au nombre de tonalités transmises. Pour la correction des erreurs, Olivia utilise une technique FEC, basée sur la transformée de Walsh 64 bits et les caractères Ascii 7 bits. Les 64 bits de la transformée de Walsh sont répartis dans Olivia sur plusieurs caractères, diminuant la vitesse de transmission mais augmentant la correction d'erreur. Le résultat est une vitesse réelle de 5 caractères, transmis toutes les deux secondes, ce qui correspond à environ 15 mots par minute (WPM). Les performances d'Olivia, en ce qui concerne le rapport signal/bruit, sont excellentes. Il est en effet possible de décoder un signal 10 dB en dessous du bruit, en utilisant la bande passante standard de 1000 Hz. Les fréquences les plus utilisées pour le trafic Olivia sont 14106,5 kHz, 14107,5 kHz, 14108,5 et 7038,5 kHz.
Cw
Le code Morse, également appelé alphabet Morse, est un système de transmission de lettres, de chiffres et de signes de ponctuation au moyen d'un signal codé intermittent. Il a été développé par Alfred Vail, en 1835 lors de sa collaboration avec Samuel Morse dans le développement de la télégraphie et achevé le 8 janvier 1838. Le code Morse est une forme de communication numérique ante litteram. Cependant, contrairement aux codes binaires modernes qui n'utilisent que deux états (généralement représentés par 0 et 1), le Morse en utilise cinq : point (•), tiret (—), intervalle court (entre chaque lettre), intervalle moyen (entre les mots) et long. intervalle (entre les phrases).

Accessoires nécessaires pour rendre l'interface DigiHam opérationnelle

un câble USB type B, pour relier le port USB du PC à l'interface
3 connecteurs jack mono 3,5 mm
un connecteur jack stéréo 3,5 mm
un connecteur db9 femelle, pour réaliser les liaisons entre radio et interface côté interface
un connecteur compatible avec le port data de notre émetteur-récepteur pour réaliser les connexions entre l'interface et la radio côté radio
un morceau de câble blindé pour relier l'interface à la carte son
un câble RCA côté interface et un jack mono côté radio, pour connecter la sortie keyer à l'entrée key (CW) de l'émetteur-récepteur.
Une clé télégraphique connectée à une prise mono 3,5 mm
Un bouton paddle connecté à une prise stéréo 3,5 mm
Un câble d'alimentation équipé d'un fusible 500 mA à brancher sur la prise secteur CN8.


Connexion entre interface et PC pour les modes psk31 et rtty

La connexion entre l'ordinateur et l'interface USB est extrêmement simple. Nous devrons d’abord préparer deux morceaux de câble blindé ou, si nous préférons, un morceau de ruban blindé. Dans l'une des deux sections nous connecterons les deux prises mono que nous avons obtenues précédemment, tandis que dans l'autre nous souderons, d'un côté, une prise mono et, de l'autre côté, une prise stéréo. Je recommande de connecter le câble blindé à un seul des deux canaux de la prise stéréo ; l'autre canal restera inutilisé. Je suggère fortement de ne pas utiliser les deux ; cette solution pourrait créer des problèmes. Une fois les deux câbles réunis, nous connecterons le câble avec les deux jacks mono à l'entrée micro de la carte son, tandis que l'autre extrémité sera connectée au connecteur CN2 (LINE IN) de l'interface. Le morceau de câble avec une prise mono et une prise stéréo sera cependant connecté à la prise stéréo à la sortie haut-parleur de la carte son (line out), tandis que de l'autre côté il sera connecté au connecteur CN1 (LINE OUT) de l’interface. Comme vous pouvez le voir sur la sérigraphie de l'interface sur les 2 connecteurs il y a les mots line in et line out, il n'y a donc aucune possibilité de se tromper. Nous connecterons le câble USB en dernier, après avoir effectué toutes les autres connexions. L'allumage de la LED rouge sur l'interface indiquera que le circuit est correctement alimenté. Je recommande également d'effectuer toutes les opérations de connexion entre l'interface et l'ordinateur avec l'ordinateur éteint.

Connexion entre l'interface et l'émetteur-récepteur

Même la connexion avec l'émetteur-récepteur, comme on peut le voir sur l'image ci-dessous, est très simple. Celui représenté sur l'image est le connecteur DB9 sur l'interface vu de face. À cet égard, nous connecterons le PTT du port de données de l'émetteur-récepteur à la broche 1 du connecteur DB9. Nous connecterons également la broche 7 du connecteur DB9 à la broche d'entrée micro du connecteur de données de l'émetteur-récepteur, tandis que nous connecterons la broche 9 du connecteur DB9 de l'interface à la broche rx du port de données de l'émetteur-récepteur (signal pour la réception). On peut prendre la masse à volonté sur l'une des 3 broches dédiées, qui sont 3, 5 et 6. Une fois cela fait, la connexion à l'émetteur-récepteur est terminée et l'interface est prête pour la transmission. Nous vous suggérons cependant fortement de consulter les notes opérationnelles en fin de page.


Connexion entre l'interface de la clé télégraphique et l'émetteur-récepteur

La connexion du manipulateur à vitesse variable avec les touches et l'émetteur-récepteur s'effectue de la manière suivante : nous connecterons d'abord deux prises jack 3,5 mm aux deux touches télégraphiques via un câble blindé ; pour le bouton vertical, nous utiliserons une prise mono, qui sera insérée dans le bornier CN6 ; la connexion entre l'interface et la palette se fera plutôt via une prise stéréo 3,5 mm ; les deux palettes seront reliées respectivement aux contacts R et L du jack. Il faut également connecter la masse de la palette au contact de masse de la prise stéréo : une fois cela fait, nous insérerons la palette dans la prise jack stéréo CN7. Par la suite, nous connecterons l'interface à l'entrée clé de l'émetteur-récepteur, à l'aide du câble blindé habituel, auquel côté interface nous connecterons un connecteur RCA, qui sera inséré dans la prise CN5 ; tandis que côté émetteur-récepteur on choisira un connecteur compatible avec l'entrée touche de ce dernier : généralement il s'agit d'un jack mono. Je recommande fortement de monter le câble de manière appropriée, en isolant soigneusement la masse de l'unité centrale ; un court-circuit entre la masse et le centre pourrait endommager le transistor de commutation TR4. Après avoir connecté le manipulateur avec les clés et avec l'émetteur-récepteur, nous monterons le câble d'alimentation en connectant le positif au contact central de la fiche fournie. Il serait préférable de monter un fusible de 500 mA sur le câble d'alimentation. De plus, après avoir branché le câble d'alimentation à la prise CN8, nous déplacerons l'interrupteur SW1 en position on : une fois cela fait, nous verrons la LED D? s'allumer, tandis qu'en déplaçant la palette, nous verrons le deux LED D?. et? éclairez l'un en correspondance avec les points et l'autre en correspondance avec les lignes. Si tout cela se passe correctement, le manipulateur est prêt à fonctionner en CW avec le potentiomètre R15, nous ajusterons la vitesse de manipulation de la palette en fonction des besoins opérationnels et de l'expérience acquise en CW. Je recommande fortement de ne pas effectuer d'opérations non indiquées dans le manuel et de ne pas remplacer les composants par d'autres de valeur différente.


Notes opérationnelles pour les modes psk31 et rtty

Les modes numériques, grâce à leur potentiel, garantissent d'excellents résultats même avec des antennes de taille moyenne et des puissances réduites ; Cependant, pour obtenir de bonnes performances de ce type de transmission, une série de mesures pratiques doivent être respectées, qui profitent à nous et à nos correspondants. Une fois les connexions entre l'interface de l'émetteur-récepteur et l'ordinateur établies, pour commencer la réception, il suffit de se brancher sur une fréquence où il y a un bon trafic en psk 31 ou en rtty. Je suggère d'utiliser le mode psk31 dans la plage des 20 mètres lors des premiers tests, à 14070 khz. Une fois la fréquence réglée, si la connexion entre l'interface radio et le PC a été effectuée correctement, nous observerons dans le graphique en cascade du logiciel utilisé le spectre du signal reçu avec des bandes jaunes, d'une longueur plus ou moins grande. couleur intense : ces rayures représentent les tonalités audio des différentes transmissions présentes dans la bande. Pour syntoniser une station, il suffit de cliquer avec la souris sur l'une d'elles, sans avoir besoin de déplacer le bouton de syntonisation. Si le jaune est trop intense, il est préférable de faire tourner le potentiomètre R11, présent sur l'interface, pour diminuer le niveau du signal reçu. Cependant, pour transmettre correctement, il est nécessaire d'ajuster le niveau d'onde et le niveau de volume général dans le mixeur Windows de 1 à 2 crans. Il est également nécessaire de désactiver le compresseur et de maintenir le niveau alc bas. Le non-respect de ces précautions pourrait rendre le signal transmis indéchiffrable, provoquant des perturbations sur les QSO adjacents, en raison d'un élargissement excessif de la bande du signal transmis. Le niveau du contrôle du volume dans le mixeur Windows doit donc rester bas (environ 2 crans). Une fois les niveaux ajustés dans le mixeur Windows, pour garder le niveau ALC sous contrôle nous agirons sur le potentiomètre R10 de l'interface. Avant de donner au logiciel la commande d'émettre, je suggère de tourner le potentiomètre R9 complètement vers la gauche ; il établit le temps de retard dans la commutation tx/rx. Une fois que nous aurons tourné le potentiomètre R9 complètement vers la gauche, nous donnerons au logiciel la commande de transmettre, en envoyant peut-être un cq assez long. Une fois cela fait, nous ferons tourner R9 vers la droite jusqu'à ce que nous voyions l'émetteur-récepteur passer en transmission. Après avoir vu l'émetteur-récepteur passer en émission, nous ferons tourner à nouveau le potentiomètre R9 vers la droite de quelques millimètres. À ce stade, nous serons prêts à réaliser nos premiers QSO. Pour être sûr que nous transmettons correctement, il serait conseillé de vous faire communiquer le niveau IMD (distorsion d'intermodulation) par le correspondant. Un niveau IMD compris entre –30 et –25 dB indiquerait clairement que les réglages du mixeur et de l’interface Windows ont été effectués correctement. En dessous de –20 dB, nous sommes en présence d'un IMD élevé et, par conséquent, il serait conseillé d'ajuster davantage le niveau d'onde et le contrôle général du volume sur le mixeur Windows, pour ramener l'IMD à des valeurs acceptables. Comme nous le verrons dans la partie inférieure de la fenêtre de réception/transmission en cascade, il y a une indication de la fréquence audio que nous recevons ou transmettons. Cette fréquence est limitée par les caractéristiques de la carte son, par les caractéristiques de l'émetteur-récepteur et, enfin et surtout, par la bande passante réduite des transformateurs d'isolation. Pour transmettre et recevoir correctement, je suggère d'utiliser la partie du spectre audio, qui va d'environ 800 HZ à environ 2 KHZ. Psk 31 et rtty ne nécessitent pas de puissance excessive ; c'est donc une bonne pratique de ne pas dépasser 40 watts.

DigihamPlus

Fiche technique

Gars
generico
Marque compatible
Generico

Références spécifiques

ean13
0644730925495

15 autres produits dans la même catégorie :

Les données personnelles que vous nous fournissez sont utilisées pour répondre à vos questions,
traiter les commandes ou donner accès à des informations spécifiques.
Vous avez le droit de modifier et de supprimer toute information personnelle située sur
votre page « Mon compte ».